Err

Guide pour réussir l'isolation de ses combles

Réussir son isolation des combles en 6 étapes

Etape 1 : L'isolant, lequel et pourquoi

Choisir l'isolant des combles perdus

Dans le neuf le coefficient de résistance thermique R est déterminé par l’étude thermique et en rénovation par les seuils des crédits d’impôts et autres aides (R=7 en combles perdu et R=6 en rampant). Ce sont des minima, et rien ne vous empêche, à y être, de mettre un peu plus si vous êtes mal exposé (versant Nord, vent important, etc) ou que vous aimez chauffer fort (plus de 21°C). Rappelez-vous que l’essentiel de la chaleur s’échappe par le haut (30%)! Le coefficient R est ce que l’on pourrait appeler la résistance contre le froid, plus celui-ci est élevé, plus ça isole. Suivant l'isolant, pour un R=7 l'épaisseur va varier de 16cm pour du polyuréthane à 40cm pour de la ouate de carton, mais l'espace n'étant pas limité dans les combles perdus ce n'est pas un critère de choix.

L’inertie thermique est comparable à l’inertie d’une voiture, quand elle est faible la maison se réchauffe/refroidit vite (exemple : 2h pour 5°C) et quand elle est importante elle se réchauffe/refroidit très lentement (exemple : 2j pour 5°C). Il est facile de comprendre qu’à l’entre saison, quand votre chauffage est éteint, et où les journées sont tempérées mais nuits froides, le confort sera bien supérieur. Moins d’effet de frais le matin en se levant. C'est généralement lié à la masse de l'isolant ; les isolants tels que la laine de verre/polystyrène/polyuréthane (env 15kg/m3) sont moins déphasants que la laine de roche (env 30kg/m3), elle-même moins déphasante que la ouate/laine de bois (environ 25 à 150kg/m3)

Le point sur la perspirance (=respirer à travers). Il ne s’agit pas réellement que votre maison respire mais plutôt qu’elle puisse sécher quand il y a de l’humidité ! En moyenne, l’air intérieur d’une maison est plus humide que celui extérieur, c’est pour cela que l’on ventile avec l’air extérieur. L’activité humaine génère entre 2,5 et 6L d’eau par jour et par personne (imaginez une famille de 4 personnes, c’est 2 seaux d’eau !!!) En neuf vous aurez une VMC hygrovariable ou mieux une VMC double flux et pas de problèmes. En rénovation, attention !, un adage du métier dit : « mieux tu isoles, mieux tu dois ventiler »(mieux et pas forcément plus+). Une maison ancienne, entre la ventilation naturelle via les menuiseries et les matériaux perspirants (bois, chaux, …) est séchante et saine sans VMC. Or en isolant fortement et dans le pire des cas, avec un isolant non-perspirant (polystyrène, polyuréthane) vous risquez d’avoir trop d’humidité, de la condensation. L'hmidité va s’accumuler, ce qui peut génèrer des coulures/tâches/moisissures, mauvaises odeurs, et surtout maladies respiratoires.

En cas d'incendie, car ça peut arriver ... (la tenue au feu) le fait que ça brule ou pas n'est pas un point si important pour les secours. Les fumées et leur toxicité, la propagation en sont tout aussi importantes. En résidenciel, il y a d'avantage de décès avec les fumées qu'avec les flammes ! Concrètrement le polystyrène et le polyuréthane génèrent des fumées toxiques et la propagation des flammes est rapide car l'isolant fond au contact de la chaleur. La laine de verre brûle mais ne fond/coule pas, en revanche elle se rétracte et attise le feu en ouvrant des passages d'air. Les isolants bio-sourcés, comme la ouate ou laine de bois, ne se rétractent pas et protègent la structure de la chaleur et de la flamme plus longtemps, laissant plus de temps à l'écavuation (les fumées sont moins toxiques, cela dit aucune fumée n'est bonne à respirer). La reine du domaine (dans les isolants courant) est la laine de roche, ne brûle pas, ne coule/fond pas et ne se rétracte pas.

Dernier point le confort accoustique. Si vous entendez le vent, une route ou des avions, un isolant à forte atténuation acoustique vous sera fort appréciable ! Là aussi, c'est assez lié à la densité. L'isolant emprisonnant de l'air, l'effet masse-ressort-masse atténura bien les bruits aériens d'avantage avec de la ouate que de la laine de verre. Les mauvais élèvent sont le polystyrène et polyuréthane. Pour les sons d'impact, c'est plus dur car il faut désolidariser les éléments (facile à dire,...)

Bonus : l'origine bio-sourcé ou faussile, sa durabilité et sa fin de vie est intéressante à prendre à compte.

PS : S'agissant de l'isolation des combles, la résistance à l'humidité n'est pas retenue, car c'est normalement un environnement "sec"

Soufflage de laine de verre dans les combles perdu

Etape 2 : Un isolant bien posé !

combles perdu isolé en ouate de cellulose soufflée

C’est à la pose que 50% de la performance de l’isolant se joue. Il est dommage de bien le choisir, l'acheter et mal le mettre en œuvre …

Les principaux problèmes rencontrés sont :

- la mise en œuvre non-continue. Un vide ou trou dans l’isolation dégrade son efficacité et génère des troubles pouvant être, à court/moyen terme, grave : condensation, moisissure, pourriture. C’est là qu’un isolant vrac est un atout, dans les situations compliquées il occupe facilement les coins et recoins.

- Les ponts thermiques sont du même acabit mais souvent dû à des contraintes structurelles. En neuf, tout ce joue à la conception, en rénovation c’est très compliqué et bien souvent il restera (balcon en béton, mur d’enceinte, point d'ancrage, conduits,…). Même en faible épaisseur, 2/3/4 cm d'isolant, le gain est significatif pourvu que le l'air soit bloqué.

- Les courants d’air, les laines sont efficaces quand l’air est immobile, dès lors qu’il y a un mouvement, l’effet isolant s’effondre ! Dans une maison à très mauvaise étanchéité à l’air, un jour de grand vent, les déperditions peuvent dépasser les 40% (voir ADEME) ! Les ouates, plus dense et plus micro-fibreuse bloquent d’avantagent les mouvements d’air et perdent moins d’efficacité. Il faut bien comprendre que l’étanchéité à l’air, permet de maitriser le volume d’air ventilé et donc d’optimiser le ratio renouvellement d’air/chaleur extraite. Gardez en tête "mieux on isole/étanchéifié, mieux on ventile" (mieux et pas forcément plus+ !)

- Membrane frein/pare-vapeur en neuf : bien sûr mais en rénovation il n’est pas obligatoire et même très déconseillé s’il doit être mal posé ! (Jonction non-étanche entre les lés et lés/murs) sinon la vapeur se concentre sur les défauts (spots, trappe, gaines, suspente, etc) et crée rapidement des tâches/moisissures

- Les zones incombustibles pour la sécurité incendie : les spots sont mis sous cloches/coffrage classé M0 (surtout s'ils sont halogènes), les conduits chauds comme les cheminées/chaudières/hottes de cuisines sont entourées de minimum de 18cm de laine de roche (ou de céramique, pas de laine de verre), les VMC sont réhaussées si besoin puis dépoussièrées en fin de chantier (vérifier aussi qu'elles soient bien horizontale)

- L'accès, trappe ou cage d'escalier, ne doit pas être oublié ! Que la réhausse de trappe soit "légère" en carton ou "lourde" en bois/OSB, elle doit être isolée et étanche au vent. Idem pour les cages d'escalier. Un platelage/passage peut être aménagé pour parcourir les combles (controle du toit/antenne,...). Ne marchez pas dans l'isolant ! enfin, évitez autant que possible et ne partez pas sans l'avoir réarrangé ! Si vous avez besoin d'un peu de stockage, n'hésitez pas demander, au moment du devis, un peu de plancher.

- La trace/preuve de travaux. Une fiche de chantier (ou d'intervention) doit être remise et/ou agrafée dans les combles, mentionnant l'entreprise, l'isolant, la résistance thermique R, l'épaisseur, la quantité de sacs, ...

PS : La VMC doit évacuer l'air dehors ! jamais dans la toiture.

PPS : Pensez à repérer les boites électriques, et tout ce qui peut aider un dépannage.

ouate de cellulose IGLOO

Etape 3 : Les avantages d'une bonne isolation

Etape 4 : Ventiler

Principe d'une VMC double flux (ADEME)

Mieux on isole, mieux on ventile !

Comme on l'a dit précédemment les laines et ouates sont efficaces quand l’air est immobile, dès lors qu’il y a un mouvement, l’effet isolant s’effondre ! Idem avec les isolants en panneaux rigides à l'assemblage approximatif. Donc on rend les habitations étanche à l'air et au vent pour pouvoir maitriser la ventilation et éventuellement récupérer la chaleur de l'air évacué.

Lors d'une isolation des combles, il faut vérifier la VMC, son état, son fonctionnement et son volume/efficacité de ventilation (renouvellement de l'air toutes les 2 à 3h). Et, quand il n'y en a pas, nous recommandons très vivement d'en installer une.

La ventilation peut aussi être une source d'économie d'énergie et de confort. La VMC Double Flux (VMC DF) apporte 3 avantages :

une récupération de la chaleurde l'air refoulé à l'extérieur : un échangeur récupère la chaleur en hiver, et la fraicheur en été, automatiquement et avec beaucoup de performance (rendement de 80% à plus de 100%)

une surventilation : votre habitation est plus fraiche et saine, moins d'odeur, ....

un air filtré : la plupart des VMC DF ont un filtre sur l'air aspiré. Ce filtre arrête, suivant sa classe, les poussières, pollens et diverses autres pollutions ! Nous passons l'essentiel de notre vie dans notre maison, un air sain est très important et encore plus pour les personnes ayant des allergies, de l'asthme, et divers problèmes respiratoires

Etape 5 : Accès de visite et éventuels stockages

La suite Vendredi prochain !

 

Sarl IPBS, Spécialiste des travaux d'isolation en Aveyron et Tarn depuis 2006.
Reconnu Garant de l'Environnement RGE, Qualibat, Feebat et Bleu Ciel d'EDF.
Isolation des combles par soufflage de ouate de cellulose
Isolation extérieure en fibre de bois enduite ou bardage bois